Vols

Vols

Il existe deux canaux de distribution sur Internet. Il y a tout d'abord les sites des compagnies aériennes dont la vente de billets en direct, de façon exclusive dans le cas de Ryanair, constitue pour elles l'opportunité de capitaliser autour de leurs marques, de fidéliser leurs passagers et pour vous d'avoir du sur-mesure au meilleur prix. Autre moyen, la réservation par le biais d'agences de voyages en ligne offre un choix rapide et surtout comparatif des destinations.

Qui va gagner le match ?

Si chacune de ces formules a son sens, les compagnies aériennes font de plus en plus de la vente en ligne le cœur de leur stratégie : certaines compagnies comme les low cost appliquent cette démarche avec succès. Depuis 2011, la distribution directe dépassent les intermédiaires. Il faut dire que les compagnies aériennes ont de sérieux atouts sur la distribution indirecte : elles réussissent aujourd'hui à vendre des services additionnels (hôtels, locations d'appartement et de maisons, locations de voitures, transferts, navettes...) à développer de nouveaux canaux directs comme les mobiles, les bornes libre-service et les réseaux sociaux.

Charters, low cost et sécurité aérienne

Le paysage aérien se compose de compagnies régulières, charters et low cost. En cas de vol charter, ce sont les tour-opérateurs qui prennent le risque financier de l'affrètement, choisissent les prestations à bord (repas, vin gratuit ou non, film) et fixent les horaires. Si le vol tarde à se remplir, l'affréteur peut l'annuler, faire voyager les passagers inscrits sur une ligne régulière, tout en maintenant le prix charter. Ou encore, faire appel à un consolidateur, un semi-grossiste qui réunit les passagers de plusieurs voyagistes sur un même vol. C'est pourquoi la frontière entre vols réguliers, charters et low cost est parfois un peu floue.

Toutes ces économies possibles, purement commerciales, ne remettent cependant pas en cause la sécurité, dont les contrôles réguliers relèvent de l'autorité aéronautique européenne. Voyager à bord d'un avion charter ou à bas coût n’est pas synonyme de moindre sécurité pour les passagers. La réglementation européenne applicable aux transporteurs sous pavillon français, par exemple, ne fait pas de différence entre compagnies régulières, charters et low cost. Toutes doivent répondre aux mêmes normes JAR (joint aviation requirements), définies par les Joint Aviation Authorities (JAA), un club auquel adhèrent trente-sept nations. Elles concernent la maintenance, la formation des équipages et les opérations aériennes. Le risque viendrait plutôt des transporteurs étrangers non contrôlés par les JAA.

Bien choisir son vol

Si vous avez l'intention d'avoir une certaine liberté, demandez un billet open ou billet panachable. Un billet open est un billet vous offrant le choix de la date de retour dans la limite de sa validité. Très souvent, un tel avantage se paye. Le billet panachable ou billet Open Jaw permet d'arriver dans une ville et de repartir d'une autre, pas forcément d'ailleurs du même pays, mais à bord de la même compagnie ou de deux associées ou encore chartérisées par le même voyagiste. Vérifiez enfin si votre billet est un billet en surbooking. Si oui, arrivez à l'heure à l'aéroport.

  • Partager cette page :